Grameen bank : un accès au crédit pour les populations défavorisées

Depuis de nombreuses années, le système de micro crédit a été implanté dans les pays pauvres et émergents. L’objectif est d’octroyer des prêts aux populations défavorisées souvent délaissées par les banques. Il s’agit à long terme de réduire la pauvreté en permettant aux bénéficiaires de ce programme qui sont essentiellement des femmes, d’avoir accès à un capital pour financer des activités génératrices de revenus.

À la base de ce projet aujourd’hui universel se trouve un homme du nom de Muhammad Yunus. Il crée en 1983 la Grameen Bank avec pour objectif de donner accès au crédit aux populations défavorisées, avec des intérêts très bas. On vous fait découvrir la Grameen Bank dans cet article.

Grameen Bank : la naissance de la banque

En 1974, le Bangladesh est touché par une famine sans précédent qui fait plus d’un million de morts. Touché par cette crise alimentaire sans précédent, Muhammad Yunus, alors professeur d’université, décide de réfléchir à une solution.

Avec ses étudiants de l’époque, il décide de mener un groupe de réflexion pour proposer des solutions concrètes à la problématique. Ce travail vise à trouver des solutions concrètes à la pauvreté qui gangrène le pays et notamment le village de Jobra, proche de l’université.

Au début, le groupe se penche sur la proposition de solutions concrètes pour améliorer le rendement agricole en cultivant notamment de nouvelles variétés de riz. Très vite, cette idée démontre ses limites.

En effet, le coût exorbitant du crédit représente l’une des causes principales de la pauvreté dans la région. Les usuriers locaux, chargés à l’époque d’emprunter de l’argent aux familles, appliquent des taux d’intérêt très élevés.

Comme solution, Yunus décide alors d’octroyer des prêts de 850 takas, environ 26 dollars à 12 femmes qui devront en retour lui rembourser la somme due en intégralité suivant un calendrier précis.

Très vite, l’opération connaît un certain succès qui pousse le visionnaire à réitérer l’expérience. Après un deuxième essai tout aussi fructueux que le premier, Yunus demande alors aux banques de se joindre à lui pour une couverture beaucoup plus large à travers tout le pays.

Malheureusement, il ne reçoit que des refus de la part des institutions bancaires sollicitées. Dépité, il décide alors de créer sa propre structure : La Grameen bank.

Prêter de l’argent aux personnes exclues du système bancaire

Issue d’un simple projet de recherche, la Grameen Bank prend vie en 1983. L’objectif ici est simple : prêter de l’argent aux personnes dont le profil est souvent exclu des opérations de prêt classiques des banques.

À la Grameen Bank, il ne s’agit pas de prêter de l’argent à une seule personne, mais plutôt à des groupes constitués de 5 personnes qui sont toutes responsables du remboursement.

Ce mode de fonctionnement oblige les concernés à se sélectionner avec soin. En effet, il ne faut surtout pas s’associer à des personnes peu fiables qui auraient du mal à rembourser. Aussi, la responsabilité de chaque membre est engagée. Chacun doit s’assurer que son partenaire utilise le prêt reçu à bon escient et doit faire pression sur les autres pour que le remboursement soit effectué à bonne date. On parle de système collatéral social qui vient remplacer la garantie physique et matérielle souvent exigée en cas de prêt.

La Grameen Bank fonctionne selon les principes de solidarité

Contrairement aux autres types d’institutions financières chargées d’octroyer des crédits, la cible de la Grameen Bank est la population pauvre, en particulier les femmes.

En effet, pour le créateur de cette idée révolutionnaire, les pauvres demeurent pauvres parce qu’ils n’ont pas accès au capital. Aussi, leur accès aux banques reste impossible justement du fait de leurs conditions financières. Yunus estime qu’il suffirait de fournir le capital nécessaire à ces personnes pour qu’elles réussissent à se sortir de leur pauvreté et améliorer leurs conditions de vie.

Après l’Inde, le même système est installé au Bangladesh et connaît un franc succès. En 8 ans, entre 1983, année de sa création et 1991, la Grameen Bank est passée de 50 000 à plus d’un million de clients dont une majorité de femmes (soit 92%). Ce succès est surtout dû aux principes de fonctionnement instaurés par la banque :

  • La Grameen Bank n’offre que des petits prêts dont le montant est compris entre 30 et 240 dollars
  • Les taux d’intérêt sont bas
  • La Grameen Bank n’octroie de prêt qu’à des ménages pauvres ayant moins de 0,25 hectare de terre
  • Pour bénéficier du crédit, une femme doit adhérer à un groupement féminin de son village qui est prêt à consentir un prêt à deux membres. Une fois le remboursement effectué, deux autres membres reçoivent ensuite des prêts
  • La banque ne demande pas de garantie matérielle, mais plutôt un engagement des membres du groupement à rembourser les prêts octroyés
  • Les membres doivent se soumettre aux idéaux de la banque : l’épargne, la contraception pour réguler les naissances, faire bouillir l’eau avant de la consommer, renoncer à certaines pratiques ancestrales ruineuses comme « le prix de la fiancée »

La moitié des femmes bénéficiaires du microcrédit de la Grameen Bank utilise l’argent reçu pour monter de petites entreprises. Elles évoluent notamment dans l’élevage de volaille ou de petit bétail. Un quart de ces bénéficiaires œuvre plutôt dans le secteur de la transformation ou de la fabrication. Le reste pratique le commerce en détail ou font de la négoce.

Les résultats probants de la Grameen Bank

Aujourd’hui, la Grameen Bank compte plus de 7,5 millions de clients dans de nombreux pays d’Asie comme le Népal, l’Inde ou encore le Bangladesh. Avec déjà plus de 7 milliards de dollars de prêt octroyé pour 98% de taux de recouvrement, elle se place aujourd’hui comme leader mondial de la micro finance. Il faut également noter que 97% des clients de la Grameen Bank sont des femmes.

Le modèle a été appliqué à d’autres pays et s’est également révélé être un véritable succès. Depuis, la Grameen Bank a étendu ses investissements, toujours dans un objectif d’améliorer le quotidien des populations, se lançant dans la téléphonie notamment pour devenir le premier réseau téléphonique du Bangladesh. Le groupe a également investi dans le textile.

Toutes ces réussites valent à l’initiateur du concept, Muhammad Yunus, de nombreux prix prestigieux à l’international, de même que de nombreuses distinctions honorifiques de par le monde. Il devient notamment Prix Nobel de la paix en 2016.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Obtenir le RSA après une démission : comment faire ?

En France, il existe un certain nombre d’allocations mises en place pour soutenir les personnes défavorisées. Au nombre de celles-ci, figure le Revenu de...

Qu’est-ce que Macif Evasion et comment se connecter ?

Macif Evasion est une compagnie d'assurance française qui propose des polices d'assurance voyage pour les personnes voyageant en France ou à l'étranger.  Dans la suite...

7 jours glissants : qu’est-ce que ça signifie ?

L’utilisation des services bancaires est souvent régie par des normes auxquelles les clients sont appelés à se plier pour diverses raisons. C’est le cas...

Comment économiser avec un petit salaire ?

Beaucoup de gens savent qu'il est difficile de vivre avec environ 1 230 euros par mois. Entre les factures, le loyer, les prélèvements mensuels......

Carte bancaire LCL : qu’est-ce que le code de délivrance ?

Les opérations bancaires sont extrêmement sensibles, et une grande attention est requise lors de leurs utilisations. C'est pourquoi la plupart des banques, y compris...